FANDOM


Carte de calormen

Carte de Calormen

L'Empire de Calormen était un empire dans le sud de Narnia. Il est le lieu principale dans "Le Cheval et son écuyer". A l'est de Calormen se trouve une grande baie et au nord un désert aride qui le sépare d'Archenland et du Royaume de Narnia

Calormen fut crée en 204 pendant L'Âge de la Conquête de Narnia. La capital de l'empire de Calormen est Tashbaan, cette ville se situe dans la baie de Calormen.

Histoire Modifier

L'empire Calormen a été fondée dans les premiers jours de l' Âge de la Conquête de Narnia , après la fuite de certains bandits exilés d'Archenland à travers le désert du sud. Ils arrivèrent sur une terre encore non habitée. Ils fondèrent l'empire Calormen dans ce nouveau pays, au cours de l'année 204, qui se trouvait dans la bande nord du territoire. L'empire fut dirigé d'abord par un chef de la tribu de Archenland qu'on appela Tisroc, et qui se prétendait être un descendant du dieu Tash .

1010862- 3
Beaucoup n'étaient pas d'accord avec la politique de la nouvelle autorité, ils migrèrent alors au sud de la petite nation, et formèrent leurs propres nations. Au fil des ans, les Calormenes étendirent beaucoup leur empire par la conquête de nombreux pays du Sud, ces nouvelles nations qui s'étaient au départ détachés des Calormens de Tisroc, notamment la province de la ville Zalindreh . En 300, ils colonisèrent même la terre de Telmar à l'ouest, mais après deux ans seulement, Aslan transforma la plupart des colons Calormens en animaux muets pour leurs mauvaises actions. Le Remant coloniale a été pillé dans l'anarchie, jusqu'à ce qu'ils soient forcés d'assimiler les 12 pirates qui venaient de la Terre "de la mer du Sud "en 460. Après Telmar est devenu un royaume, il s'est allié avec Calormen, et les deux nations a conquis le Conglomérat de Nations entre les deux pays, et leur fit États satellites de l'Empire Calormen.

Etymologie Modifier

Le terme Calormen vient sans doute du latin "calor", la chaleur. Les Calormen seraient donc des hommes des pays chauds, ce qu'on retrouve en effet dans Le cheval et son écuyer.